Licenciements, régies publicitaires, tests de programmation.. Netflix s’avance sur son nouveau chemin

Alors que Netflix vient de connaitre un nouveau méga-succès d’audience avec Stranger Things 4 (la photo ci-dessus), proche du milliard d’heures vues, la plateforme a fait les titres de la presse internationale dernièrement, après avoir annoncé un nouveau plan de licenciement, tandis qu’elle s’apprête à attaquer le nouveau virage de la publicité, tout en tachant de rassurer la communauté créative. Avec Stranger Things, elle teste par ailleurs un nouveau mode de programmation.

C’est quasi pile un mois avant la publication des prochains résultats, que Netflix a choisi d’annoncer un nouveau plan de licenciement de 300 personnes. Il s’ajoute à celui du mois de mai, divulgué peu après la publication des résultats décevants du 1er trimestre, et qui portait sur 150 permanents ainsi que des dizaines de temps partiels et collaborateurs extérieurs (dont dans l’animation et sur son site destiné aux fans, Tudum, selon la presse internationale). Selon le Hollywood Reporter qui s’est procuré le mémo par lequel le patron de Netflix, Reed Hastings a annoncé la nouvelle à ses employés, les licenciements auront principalement lieu, pour 216 d’entre eux, aux États-Unis et au Canada, ainsi que 53 en Europe, 30 en Asie-Pacifique et 17 en Amérique latine.  La plateforme se doit de « réajuster son business » explique Red Hastings dans ce mémo, ajoutant que s’il elle licencie actuellement dans certains domaines, elle a l’intention dans le futur d’engager dans d’autres, et de faire remonter la masse salariale de 1.500 à 11.500 d’ici 18 mois.  

Version avec publicité évolutive

Lors de la publication des chiffres du 1er trimestre, Netflix avait annoncé 200.000 abonnés de moins et surtout prévoir d’en perdre encore 2 millions lors du second trimestre, son cours de bourse avait alors fortement chuté, et n’est pas vraiment remonté. La prochaine publication de résultats, où seront dévoilées les nouvelles prévisions, est prévue le 19 juillet.

Outre la diversification dans les jeux vidéo déjà engagée, pour réajuster son business, la plateforme avait alors annoncé travailler à une version moins chère avec publicité, c’est donc sans doute là où il lui faudra engager. Lors des Lions, le rendez-vous annuel de la création publicitaire à Cannes, le co-CEO Content de Netflix, Ted Sarandos, distingué Person of The Year, a cependant confirmé mener toutes sortes de discussions avec des régies extérieures comme celles de Google, NBC Universal, ou du spécialiste de l’AVoD, Roku. La rumeur prêtait même l’envie à Netflix de racheter Roku, rumeur que Ted Sarandos à réfuté, déclarant ne pas savoir d’où elle venait. Netflix envisage une stratégie en plusieurs étapes, a-t-il indiqué, repris dans Deadline : « ce que nous mettrons en place au départ ne sera pas représentatif du produit final ».

Cours de Netflix (Google Finance)

Budget contenu stable

Parallèlement, la plateforme cherche à rassurer la communauté créative, répétant que si le budget contenus, de 17 milliards de dollars tout de même, s’arrête de croitre de manière exponentielle, il n’est pas question de le baisser cette année, qu’il suivra dans le futur l’évolution du chiffre d’affaires, et que la plateforme continue de chercher des projets ambitieux, dans des genres diversifiés. « Nous diffusion une vingtaine de genres de contenus » déclarait Ted Sarandos à Cannes . « Chaque mois un utilisateur en regarde six en moyenne. C’est beaucoup mais tout n’est pas pour vous seul. Il ne s’agit pas de volume mais de diversité ».

Squid Game devient un jeu de télé-réalité pour de vrai, programmation spéciale enfants cet été

Lors du festival de Banff, mi juin, Bela Bajaria, Head of global TV, saluait le succès de Bridgerton, qui a remis au goût du jour les romances destinées aux cibles féminines et montré tout le potentiel du genre, tandis qu’elle annonçait une nouvelle saison de la série judiciaire adaptée du film du même nom Lincoln Lawyer (280M d’heures cumulées lors de ses cinq premières semaines en mai), et un jeu adapté de sa série coréenne phénomène Squid Game (par ailleurs renouvelée en seconde saison). Présenté comme le plus grand concours de télé-réalité depuis toujours, Squid Game, The Challenge fera intervenir 450 candidats, avec un montant à gagner record dans l’histoire de la télévision, de 4,5 millions de dollars.

Dans un autre registre, lors du Festival International d’Animation d’Annecy, par ailleurs, Netflix a cherché à épater la galerie, dévoilant lors de son showcase les images de plusieurs projets d’envergure, dont, en sa présence, le Pinocchio de Guillermo del Toro, et alignant les noms connus, comme celui de David Fincher qui va faire pour Netflix ses début dans l’animation. Netflix vient par ailleurs d’annoncer un « Family Summer » : lancement de films et séries d’animation originaux chaque semaine pendant tout l’été.

Faire durer le suspens

Netflix, dont la particularité est de mettre en ligne la totalité d’une série tout d’un coup afin qu’elle puisse être bingée (consommée à la suite), fait par ailleurs quelques entorses à cette règle. Ces derniers mois, elle a ainsi lancé plusieurs nouvelles saisons de séries en deux parties, telle la dernière saison 5 de La Casa de Papel, dont cinq épisodes étaient sortis en septembre et cinq autres en décembre, puis la saison 4 de Ozark, qui comportait 14 épisodes au lieu de 10 précédemment, dont sept furent mis en ligne fin janvier et les sept suivants fin avril. Avec Stranger Things 4 elle teste une nouvelle variante : sept épisodes sur neuf fin mai, laissant planner le suspens un peu plus d’un mois pour les deux derniers qui sortiront le 1er juillet.

Déclinaisons de formats

Malgré son moindre nombre d’épisodes, en cinquième semaine, Stranger Things 4 était encore seconde au classement hebdomadaire de Netflix. Elle détrône Bridgerton en tant que série en langue anglaise la plus regardée depuis toujours avec un cumul de 930 millions d’heures lors ses 28 premiers jours, vs 656M pour Bridgerton 2, même si elle reste derrière Squid game, série en langue non anglaise qui détient toujours le record ultime de 1,6 milliard d’heures vues en un mois.

Depuis aucune série en langue anglaise n’a autant défrayé la chronique. La semaine dernière Netflix sortait l’adaptation coréenne de La Casa de Papel, intitulée Money Heist Korea: Joint Economic Area qui a été regardée près de 33 millions d’heures lors de son premier weekend, en tête des séries non anglaise et dans le top de 53 pays principalement en Asie et Amérique du sud (très peu en Europe). A noter par ailleurs côté diversification, le bon lancement en France de l’adaptation de Ryhtm and Flow, concours de talents de Netflix cherchant à dénicher les meilleurs artistes de rap, devenu Nouvelle école, mis en ligne progressivement depuis le 9 juin, qui s’est classé premier puis second en France la semaine dernière et est déjà renouvelé (même si le programme n’a pas eu que de bonnes critiques). la semaine dernière le classement français fut dominé, comme partout dans le monde par le lancement de la nouvelle (troisième) saison de The Umbrella Academy regardée 124 millions d’heures en global pour son premier weekend.