Audiences des chaînes: des hauts puis des bas en 2021, tandis que 2022 ne démarre pas si mal

C’est un bilan contrasté qu’a offert l’année 2021 aux chaînes de télévision. Elles ont encore eu l’occasion, TF1 mais pas seulement, de témoigner de leur puissance, notamment lors des restrictions liées au Covid puis du retour du sport, mais malgré leurs grandes annonces ont raté leur rentrée d’automne, comme l’illustre la durée d’écoute en chute pour cette période. Face à la concurrence des plateformes de streaming et des nouveaux modes de consommation, l’audience live demeure fidélisée par les rendez-vous quotidiens d’access primetime, mais redevient à partir de la fin d’année plus volage et fragmentée en primetime. Si 2021 affiche de grands succès avec de (très) fortes performances de certains programmes et événements fédérateurs, elle a aussi compté un certain nombre de gadins, avec l’abondance de choix l’audience devenant plus difficile à capter et à garder. L’effet de chaîne et de prime au leader joue moins, les grandes chaînes étant maintenant capable d’afficher parfois de très faibles scores, tandis que certains soirs de fin d’année furent désertés. Car après des décalages de livraison de programmes liés au Covid, les streamers aussi ont fait leur rentrée.

Les leaders renforcent leur part d’audience en 2021

La fragmentation n’a cependant pas empêché les deux chaînes leader TF1 et France 2 de renforcer leur part d’audience moyenne sur l’année 2021. TF1 est ainsi remontée de 0,5 point à 19,7% en moyenne sur 2021, ayant notamment renforcé son access primetime avec son feuilleton quotidien Ici tout commence, introduit fin 2020. La chaîne leader accuse cependant un niveau plus faible au mois de décembre (18,6%), qui a perduré en janvier 2022, alors qu’elle affiche dans le même temps des performances en hausse sur la cible publicitaire et les jeunes, illustrant des priorités stratégiques pas toujours compatibles avec une audience de masse.

France 2, qui se renouvelle touche par touche, ajustant fond de grille et formules d’émissions (comme Télématin à la rentrée) avec un effort notable sur les décors, fut notamment portée par les Jeux Olympiques d’été (17,1% en juillet) et progresse de 0,6 pt à 14,7% en 2021, un niveau qui perdure en janvier. Il s’agit de l’une des deux plus belles hausses enregistrées l’an dernier.

Pour France Télévisions, la hausse de France 2 fut cependant contre-balancée par de petites baisses pour France 5 et France 4 (dont les soirées sont maintenant composées de CultureBox), tandis que France 3 est stable. Le groupe France Télévisions reste néanmoins en tête avec une PdA cumulée de 27,1% vs 26,1% pour les chaînes du groupe TF1, qui sont elles leaders sur les cibles publicitaires (+1.1 pt à 33,5% pour les femmes responsables des achats de moins de 50 ans). La chaîne M6 re-grignote 0,1 pt à 9,1%, les autres chaînes du groupe baissant un peu, soit 14,3% pour le total (-0,3pt) et 22,8% sur la cible FRdA-50. Arte est stable à 2,9%.

L’autre hausse la plus importante, de +0,6 pt également, est enregistrée par la chaîne d’info Cnews à 2% qui se rapproche du leader BFMTV, stable à un fort 2,9% illustrant une année encore portée par l’actualité (et dans le cas de Cnews la montée en puissance des émissions de Pascal Praud et de celle avec Eric Zemmour avant que, candidat à l’élection présidentielle, il ne doive arrêter).

Les autres chaînes de la TNT enregistrent de minimes variations, aucune d’entre elles ne se distinguant particulièrement. Outre BFM TV, les chaînes Altice s’affaiblissent: là où RMC Story gagne 0,1 pt, RMC Découverte en perd 0,3.

Une année très sportive

En cette année à nouveau atypique, l’information fut donc sans surprise extrêmement suive, avec en tête les allocutions du président de la république. Le discours du 31 mars d’Emmanuel Macron, en troisième place du top audience de l’année sur TF1 avec ses 12,6 millions, a réuni en tout non moins de 31 millions de téléspectateurs (dont 9,9M sur France 2 et 3,3M sur M6), ayant été relayé par beaucoup de chaînes, soit une part d’audience de 90,7%. C’est tout de même un petit peu moins que les 36,7 millions (!) de son allocution du 13 avril 2020. Le record absolu.

Autre tendance forte, le sport. Après une année 2020 quasi sans, il est omniprésent dans les audiences l’année dernière, se confirmant, s’il en était encore besoin, comme fort élément fédérateur. L’Euro 2020, diffusé sur TF1 et sur M6, truste les premières places du top de l’année, la meilleure pour le match éliminatoire pour la France en huitième de finale sur TF1.

Les 20 premières chaînes20202021+/-
TF119,219,7+0,5
France 214,114,7+0,6
France 39,49,4
M699,1+0,1
France 53,53,3-0,2
TMC33
Arte2,92,9
BFMTV2,92,9
C82,62,6
W92,62,5-0,1
CNews1,42+0,6
RMC Découverte2,32-0,3
TF1 Séries Films1,81,9+0,1
RMC Story1,51,6+0,1
TFX1,61,5-0,1
En part d’audience 4+, source Médiamétrie

Pour sa part, M6, qui est montée en puissance dans l’achat de droits du foot, obtient plus de 15 millions de téléspectateurs avec France/Allemagne, 12 millions avec la finale Angleterre/Italie, et en tout six scores au dessus des 7 millions, avec des parts d’audience (selon les heures de diffusion) entre 28% et 57%! Ce qui est loin d’être commun pour la plus petite des quatre grandes chaînes, dont la PdA moyenne dépasse rarement les 10%. Les éliminatoires de la Coupe du Monde avec la France offrent pour leur part à TF1 plusieurs scores entre 6 et 7 millions. France 2 marque aussi plusieurs buts, pour sa part, grâce au rugby, notamment avec le match France/Ecosse du Tournoi des VI Nations.

A noter dans un autre registre et niveau d’audience, les fortes performances en journée de Canal+ avec la formule 1, dont la chaîne était cette année le seul diffuseur. Le Grand Prix d’Abu Dhabi fut ainsi regardé par 1,9 million de téléspectateurs le dimanche 12 décembre à partir de 14h soit près de 15% de part d’audience quand la moyenne annuelle de la chaîne cryptée est de 1%. 

Top des programmes les plus fédérateurs en 2021

ProgrammeGenreChaîneDateTlspPdA
1.Euro 8° finale France/Suisse*SportTF128 juin16,4m61,8%
2.Euro France/Allemagne*SportM615 juin15,2m56,8%
3.Allocution d’Emmanuel Macron*InfoTF131 mars12,6m37,0%
4.HPI*Fiction frTF16 mai12,4m44,3%
5.Allocution d’Emmanuel MacronInfoFrance 231 mars 9,9m29,1%
6.Les Enfoirés, A côté de vous*DivertissementTF15 mars 9,7m38,0%
7.La Promesse*Fiction frTF121 janv. 8,3m32,7%
8.Intervention de Jean Castex*InfoTF129 janv. 8,2m32,0%
9.Ligue des Nations Espagne/France*SportM610 oct. 8,1m34,6%
10.Le 20 Heures d’Anne-Claire CoudrayInfoTF124 janv. 8,1m31,2%
11.Le Remplaçant*Fiction frTF112 avril 8,1m35,2%
12.Tournoi des VI Nations France/EcosseSportFrance 226 mars7,7 m27,8%
13.GloriaFiction frTF118 mars7,6 m31,2%
14.Le Sens de la fêteFilm frTF124 janv.7,5 m37,0%
15.Le 13 Heures d’Audrey Crespo-MaraInfoTF13 janvier7,5 m47,7%
16.Election de Miss France 2022DivertissementTF111 déc.7,4 m41,5%
17.Intervention de Jean CastexInfoFrance 229 janv.7,3 m24,7%
18.Capitaine Marleau*Fiction frFrance 22 avril7,3 m29,3%
19.C’est CanteloupDivertissementTF15 mars7,1 m25,7%
20.Meurtres à Albi*Fiction frFrance 323 janv.7,0 m27,1%
21.Le saut du diableFiction frTF117 juin6,9 m30,3%
22.Eliminatoires France/FinlandeSportTF17 sept.6,9 m33,5%
23.Le 20 Heures de Thomas SottoInfoFrance 21er janvier 6,8 m29,6%
24.The VoiceDivertissementTF16 février6,8 m25,7%
25.Koh-LantaDivertissementTF124 août6,8 m29,3%
Top 100 de Médiamétrie retravaillé pour ne garder qu’un score par programme par chaîne, et ne retenir que les 25 les plus puissants.
Voir le top 100 en entier sur le site de PureMédias.
*Seule l’audience la plus importante d’un même programme est mentionnée (sauf s’il est sur deux chaînes différentes comme l’Euro ou les allocutions d’Emmanuel Macron)
  1. L’Euro apparaitrait six fois de plus dans ce top, un autre match obtient notamment plus de 15 millions sur TF1 (Portugal/France) et deux autour de 12 millions sur TF1 et M6 (Hongrie/France et Angleterre/Italie).
  2. Six autres allocutions du président de la république ont plus de 7 millions de téléspectateurs sur une chaîne ( diffusées sur plusieurs, le total est nettement supérieur).
  3. Sept autres épisodes de HPI font entre 11 et 12 millions
  4. La promesse a cinq autres épisodes au dessus de 7,5 millions
  5. Deux autres interventions de Jean Castex font plus de 7 millions.
  6. Quatre autres épisodes de Gloria font plus de 6,8 millions.
  7. Trois autres Capitaine Marleau sont au dessus de 7 millions.
  8. Un autre Meurtre à.. obtient 6,9 millions.

Profusion de fictions françaises, certaines atteignent des sommets

La star de l’année 2021 est la fiction française, qui compose la moitié des 100 premières audiences. Un succès surtout concentré lors du pic de consommation en première partie d’année, symbolisée sur TF1 par le phénomène HPI, avec Audrey Fleurot, qui a créé la surprise, atteignant des niveaux inespérés même en rêve. Les huit épisodes de la nouvelle héroïne récurrente de TF1 se situent tous entre 11 et 12,4 millions de téléspectateurs en audience consolidée sur une semaine: jusqu’à 10,4 millions au audience veille et jusqu’à 2,4 millions en replay, constituant un autre record, tandis que la série a surperformé auprès des cibles publicitaires.

Audrey Fleurot détrône Capitaine Marleau au rang de l’héroïne la plus puissante de France, deux séries jouant sur le même registre de la comédie policière. Passée de France 3 à France 2, Marleau est toujours en forte position, avec une audience consolidée de 7,3 millions (6,6 millions en audience veille) pour l’épisode Au nom du fils avec Yves Lecoq et Olivier Gourmet, en léger retrait par rapport aux records sur France 3 des deux années précédentes (8,3 millions pour La reine des glaces avec Sylvie Testud en 2020 et 8,6 millions pour Une Voix dans la nuit avec Benjamin Biolay en 2019). Les quatre inédits de Marleau font tous plus de 7 millions (et les rediffusions dans les 5 millions).

HPI est par ailleurs représentative d’une volonté des chaînes françaises de renouveler leurs héros récurrents. On retrouve aussi en bonne place du top audiences le pilote du Remplaçant, avec dans le premier rôle Joey Star ainsi que Barbara Schultz, une habituée des fictions à succès de TF1, qui a réuni 8,1 millions en audience consolidée grâce à un fort replay.

Les héros plus anciens continuent pour la plupart de bien se porter. Autour de 5 millions de téléspectateurs en audience veille pour Candice Renoir sur France 2, tandis qu’Alex Hugo, qui a déménagé de France 2 à France 3 (échangeant sa place avec Marleau), se sent super bien dans sa nouvelle maison. Son inédit du 22 septembre, leader, a enregistré une audience veille de 5,8 millions (un niveau un peu supérieur à France 2) et 6,5 millions en consolidé. Avec quatre scores entre 6 à 7 millions, la collection Meurtre à... demeure une valeur sure et puissante de la troisième chaîne, confirmée chaîne des polars français, de même que Crime dans le Larzac et le Voyageur dont le dernier épisode avec Eric Cantona avant qu’il ne quitte la série aura atteint 6,6 millions en audience veille (la relève avec Bruno Debrandt est moins puissante mais demeure à un bon niveau de 4,9 millions).

Mini-séries pour créer l’événement, toutes n’y parviennent pas

Autre initiative des chaînes, notamment pour luter contre les plateformes, celle de multiplier les mini-séries, en particulier les thrillers à ressorts psychologiques, certaines portées par des castings de premier plan afin d’être plus événementielles. TF1 eu un succès important en début d’année 2021 avec La Promesse, une enquête sur la disparition d’une fillette, portée par Sophia Essaïdi et Olivier Marchal, dont l’audience veille, qui avait déjà démarré fort, a progressé à 7,5 millions de téléspectateurs pour la dernière soirée à 21h,  en ajoutant encore près d’1 million en replay+7. La chaîne eu également de bons scores en audience veille et replay avec Gloria, l’histoire d’une avocate dont le mari disparait, adaptée de la mini-série galloise Keeping Faith, avec dans le premier rôle Cécile Bois (la Candice Renoir de France 2) ainsi, entre autres, qu’à nouveau Barbara Schultz et Joey Star.

Tel ne fut en revanche pas le cas pour la multitude de mini-séries dans des registres souvent similaires qui furent lancées à l’automne 2021 et semblent s’être auto-annulées. TF1, notamment, avait consacré deux cases par semaine à l’exercice (alors que le jeudi étant habituellement dédié aux héros récurrents). Sans pour autant être de cuisant échecs, peu de ces mini-séries ont brillé, mis à part à part Mensonges, à nouveau porté par la comédienne fétiche de TF1 Audrey Fleurot, un remake de la mini-série anglaise à succès, Liar dans la mouvance MeToo, sur le sujet du consentement. Mensonges a fidélisé une moyenne de 5,5 millions de téléspectateurs en audience veille moyenne, et 6,7 millions en consolidé.

Mais il n’y eu par exemple aucun gagnant à la diffusion dans la case du lundi en frontal sur TF1 et France 2 de, respectivement, la mini-série événementielle Une Affaire française inspirée de l’histoire du Petit Gregory et son déferlement médiatique (qui avait déjà donné lieu à une série documentaire sur Netflix) et L’absente, elle aussi inspirée d’un fait divers, celui d’une petite fille disparue qui réapparait neuf ans plus tard. Les deux démarrèrent à des scores tout juste correct, pour redescendre à 3 millions pour l’un, 2,6 millions pour l’autre (avec cette fois des parts d’audience inférieures à celles de leurs chaînes respectives).

Le top 10 des replays

ProgrammeChaîneDateReplayTotal
1.HPI, Phyllobates terribilis TF16 mai 2021, 22h11+2,41 m11,8 m
2.Koh-Lanta : La Légende, épisode1 TF124 août 2021, 21h10+1,20 m6,8 m
3.La PromesseTF17 janvier 2021, 22h10+1,13 m7,9 m
4.Le Remplaçant, épisode pilote TF112 avril 2021, 21h12+1,10 m8,1 m
5.GloriaTF118 mars 2021 à 22h10+1,09 m6,8 m
6.MensongeTF116 sept. 2021, 21h13+950.0006,7 m
7.Un homme d’honneurTF122 mars 2021, 22h02+930.0005,5 m
8.ClemTF126 avril 2021, 21h13+900.0004,2 m
9.Plan BTF117 mai 2021, 22h16+890.0004,9 m
10.Astrid et Raphaëlle, La StarFrance221 mai 2021, 21h10+870.0006,1 m
Performances communiquées par TF1 d’après les chiffres Médiamétrie. Tous ces programmes sont des fictions françaises, à part Koh Lanta.

M6 à la traine en fiction française

Et c’est surtout M6 qui semble avoir fait les frais de la profusion de mini-séries. Arrivée un peu après la bataille, Faut-il sauver Lisa, adapté de la série japonaise Mother, sur une enfant victime de maltraitance enlevée par sa professeure pour la sauver, ne fut par exemple regardée à son lancement que par 1,6 millions de téléspectateurs et 7,8% de PdA et baissa davantage, loin d’être suffisant pour la chaîne même si la PdA était plus forte sur la cible commerciale.

Le fait d’initier de la fiction de primetime est relativement récent chez M6, et la chaîne ne semble pas attendue dans ce registre. Le président de M6, Nicolas de Tavernost avait indiqué que, à la suite de ses bons résultats financiers, la chaîne s’était finalement lancée plus volontairement dans la fiction française de primetime et allait lui consacrer une case hebdomadaire, mais elle n’a semble-t-il pas encore osé franchir le pas. Une première mini-série adaptée d’Agatha Christie, Ils Etaient dix, eu une meilleure audience en fin d’été mais toujours sans créer l’événement (2,2 millions et 10,6% de PdA).

Créer la surprise

Autre tendance chez les chaînes pour créer l’événement, la recherche de castings qui surprennent. France 2 eu un succès en fin d’année avec un unitaire, Noir Comme Neige, polar avec l’humoriste Laurent Gerra s’essayant à la fiction (5,9 millions en consolidé/25%).

Arte a bénéficié en début d’année d’un véritable hit à son niveau, avec En Thérapie, l’adaptation de la série israélienne BeTipul  menée par Eric Toledano et Olivier Nakache qui viennent du cinéma, et dont l’audience moyenne fut de 1,6 million, et 2,5M pour la meilleure (9% de PdA, trois fois la moyenne de la chaîne) . Arte a aussi fait appel à Muriel Robin, déjà régulièrement utilisée avec succès à contre emploi sur TF1, pour Doutes, une autre fiction dans la mouvance Me-Too, et a fait revenir Miou Miou à l’écran, pour lui faire jouer le rôle d’une femme enceinte à 70 ans dans Mona et ses filles. Ces deux titres ont atteint respectivement 1 et 1,3 million de téléspectateurs, constituant avec En Thérapie, le tiercé gagnant des fictions d’Arte. Elles ont aussi particulièrement bien fonctionné en numérique avec 53,7 millions de vidéos vues à la demande pour les 35 épisodes d’En Thérapie, 2,8 millions pour les neuf épisodes de Nona et 560.000 pour l’unitaire Doutes.

Coproductions de l’Alliance de France TV: peut mieux faire

Cette fin d’année était aussi l’occasion du lancement des premières grosses coproductions européennes initiées au sein de l’Alliance, qui regroupe France Télévisions et ses alter-égos en Italie et Allemagne, Rai et ZDF. L’Alliance a pour objectif de joindre les forces (notamment financières) pour initier à deux, ou trois, ou plus, des mini-séries prestigieuses et contrer les plateformes et leur riche offre de séries. L’adaptation du Germinal d’Emile Zola était un lancement phare de France 2 cette rentrée, et démarra avec une audience veille de 4,4 millions et 20% de PdA (et un gain de 600.000 à 5 millions en consolidé), un bon score mais on aurait pu s’attendre à davantage avec la campagne de publicité qui l’accompagnait. La mini-série termina en baisse à 3,3 millions pour l’épisode de 21h, avec une PdA de 15%, toujours légèrement au dessus de la moyenne de la chaîne. Quand au Tour du Monde en 80 jours, coproduction anglaise, elle démarra à 3 millions pour finir à 2 avec une PdA de 11% cette fois-ci en dessous de celle de France2, tandis que Leonardo, autre coproduction de l’Alliance, initiée cette fois par l’Italie, n’a pas relevé le niveau, avec 2,2 millions de téléspectateurs et 10,5% de PdA pour le premier épisode le lundi 6 février.

France Télévisions eu plus de chance avec une coproduction hors Alliance, Sophie Cross, série franco-germano(ARD)-Belge, co-produite par Francetv Studios, dont l’intrigue tourne autour d’une femme flic et d’une disparition d’enfant, et qui a vu son audience veille progresser en finale de 3,8 à 4,1M (18,6%) sur France 3.

Acquisitions: à la recherche de la relève des séries américaines

Coté acquisitions, les séries américaines procédurales sont de plus en plus à la peine. S.W.A.T, qui demeure celle avec les meilleures audiences, tombe régulièrement sur TF1 sous les 4 millions et n’est pas souvent leader, tandis que M6 peut parfois se situer très bas avec ses séries américaines, mais elles continuent de sur performer auprès des FRdA-50, ce qui est moins évident avec beaucoup de séries européennes. Elles sont donc représentatives d’un dilemme pour les chaînes privées de jusqu’ou ne pas descendre trop bas auprès des 4+ et sacrifier de la puissance, afin de privilégier la cible publicitaire.

Les séries américaines étant aussi moins nombreuses sur le marché de la vente, les chaînes privées cherchent donc à explorer d’autres possibilités et à s’en diversifier. TF1 avait à la rentrée réduit le nombre de cases dédiées aux séries US, tandis que la chaîne leader est parvenue à installer depuis deux saisons une série médicale italienne, Doc, qui a obtenu en début 2021 environ 4 millions de téléspectateurs avec des PdA dans les 18% mais 23-25% sur les FRdA-50. En fin d’année, TF1 s’est aussi essayé à une mini-série venue d’Allemagne, Sissi , qui y avait bénéficié un lancement événementiel sur la plateforme RTL+ (du groupe RTL avec qui TF1 est d’ailleurs en affaire concernant la fusion M6). Si la série a démarré leader pendant les fêtes c’est avec peu de téléspectateurs, et elle finit numéro trois, avec une petite audience de 2,8 millions, et 14% de PdA 4+ bien en dessous de la moyenne de TF1, mais 19% en FRDA-50, la série ayant donc réussi cela.

Coté séries européennes, celle s’étant particulièrement distinguée à nouveau l’an dernier est la série anglaise Meurtre au Paradis (Death in Paradise) en hausse sur France 2, avec entre 3,9 et 4,9 millions en audience veille, régulièrement leader avec une part d’audience pouvant dépasser en 4+ les 20% (mais bien plus faible sur les FRdA-50). La case de France 3 , portée notamment par Vera, continue également de très bien fonctionner, là aussi avec une audience plus âgée.

Et il faut noter, en ce qui concerne les acquisitions, le très joli coup de M6 avec la mini-série anglo-américaine de HBO et Sky, Chernobyl que la chaîne avait programmé de manière événementielle, suivie d’un documentaire sur le sujet et qui atteint le gros score pour M6 de 4 millions de téléspectateurs et 17,8% de PdA (et 39% auprès des 15-34 ans), la chaîne talonnant de très près TF1.

4+2=(M)6

M6 essaya de faire la même opération avec le film également événement, Bohemian Rhapsody, dont cette première diffusion en clair était aussi suivie d’un documentaire sur Queen. La chaîne fut sans doute déçue de son score de 4 millions et 20,9% de PdA, élevé pour la chaîne mais pas tant que ça pour un tel film. Aussi, pariant sur le fait qu’il existait un réservoir d’audience, elle n’hésita pas à le reprogrammer en primetime même pas un mois plus tard pendant les fêtes le lundi 27 décembre. Résultat 2 millions de téléspectateurs de plus (10,7%). M6 eu également un succès à son niveau avec La Reine des neiges, à environ 4 millions.

Sur les plus grandes chaînes, aucun film n’atteint de très gros score l’an dernier, à part l’hommage à Jean-Pierre Bachri Le sens de la fête à 7,5 millions. L’essai de France 3 de programmer des films le vendredi soir, auparavant jour interdit, en une soirée spéciale de trois s’achevant par le ciné-club ne fut pas concluant, le changement de case au jeudi des émissions du vendredi leur étant par ailleurs dommageable. Les films retournèrent au jeudi soir.

Flux et reflux, certains formats en forme

Si la fiction domina (surtout en première partie d’année) le top 100 des meilleures audiences, plusieurs émissions de flux s’y glissèrent également. Ce fut le cas, comme tous les ans, du spectacle des Enfoirés, toujours ultra puissant (9,5 millions de téléspectateurs), ainsi que l’élection des Miss France, qui obtint en fin d’année des parts d’audience record (42,3% en audience veille vs 41,5% en 2020), mais avec un nombre de téléspectateurs un peu en baisse sur 2020 (7,4M vs 8,6M), illustrant à nouveau le moins de monde devant son poste de télévision à cette période là par rapport à l’année précédente davantage marquée par les restrictions liées au Covid.

En début d’année 2021, la saison 10 de The Voice, mécanique et jury remaniés avec le retour de Florent Pagny et l’arrivée de Vianney, renoua avec des audiences à la hausse (5,7 millions de téléspectateurs en moyenne, 26% de PdA et 37,0% auprès des FRDA-50), réalisant sa meilleure saison depuis 2018, tandis qu’à la rentrée The Voice All Stars fit moins fort mais dans la moyenne de The Voice Kids habituellement diffusé à cette période là. Koh Lanta eut une édition d’automne plutôt malmenée par des tricheries de candidats sur la nourriture d’une part, et par un changement de case au mardi (au lieu du vendredi), d’autre part, ce qui profita au mardi mais pas à Koh Lanta. Tout en restant performant sur cible, le programme ne resta pas longtemps leader. La chaîne comptait sur le replay, habituellement fort pour Koh Lanta, pour compenser le changement de case, et ce fut effectivement le cas pour le premier épisode du 24 aout, qui ajouta 1,2 million à ses 5,6 millions d’audience veille, mais les chiffres furent par la suite en baisse.

Meilleures audiences 2021 des divertissements M6

  1. L’amour est dans le Pré S16 : 4,4M de téléspectateurs, 20% 4+, 32% FRdA-50, 37% 25-34 ans
  2. Top chef S12 : 3,9M, 17% 4+, 31% FRdA-50, 43% 25-34 ans
  3. La France a un incroyable talent S16 : 3,6M, 17% 4+, 27% FRdA-50
  4. Mariés au premier regard : 3,3M, 14% 4+, 27% FRdA-50, 32% 25-34 ans
  5. Pékin express S14 : 3.2M / 14% 4+ / 27% FRdA-50 /
  6. Le Meilleur Pâtissier S10 : 2.7M / 14% 4+ / 28% FRdA-50
  7. Lego Masters S2 : 2,5M, 13% 4+ / 23% FRdA-50

L’Amour est dans le pré est chaque année le programme le plus regardé de M6. Non seulement l’édition 2021 ne fit pas exception à la règle mais l’émission a même atteint ses meilleures performances depuis 4 ans (alors qu’elle était diffusée à la période plus creuse de la rentrée), souvent au dessus de 4 millions de téléspectateurs et jusqu’à 5 millions (20%) en consolidé le 22/11. Après s’être ouverte aux couples gay, homme, la saison précédente, elle accueillait cette saison une femme recherchant une autre femme.

M6 a semblé l’an dernier en parfaite maitrise de la plupart de ses formats, La France a un incroyable talent étant toujours en forme, Top chef et Pekin express ayant réalisé leur meilleure saison depuis neuf ans selon la chaîne, et le dating Marié au premier regard sa seconde meilleure. En revanche la chaîne a encore du mal à installer Qui veut être mon associé, qui est revenu en hausse mais est resté sous les 2 millions, tandis que Lego Master qui avait démarré à un très fort 4 millions de téléspectateurs à son lancement en 2020, n’a pas tenu ni retrouvé ce haut niveau, son audience demeurant cependant satisfaisante.

Le défi de la création originale

L’an dernier vit aussi l’échec de plusieurs tentatives de formats originaux, réel challenge des chaînes. Elles ont pris très peu de risques en la matière ces dernières années, les chaînes privées notamment (celles qui ont le plus de cases), ayant eu tendance à se reposer sur l’adaptation de formats déjà rodés. Mais le marché offrant moins de nouveautés puissantes, il leur faut aussi chercher à se renouveler. TF1 avait décidé lan dernier de donner une autre chance à District Z, ambitieux jeu d’aventure original de zombies produit par Arthur, mais dont la seconde saison fut déprogrammée dès la seconde semaine, trop bas auprès de l’ensemble du public malgré de bonnes performances auprès des jeunes qui étaient la cible première. France 2 lança pour sa part plusieurs formats originaux qui n’eurent pas plus de chance. Lancement phare, The Artist de Nagui accumula les erreurs. L’audience ne pardonna pas à la première de ne pas chercher à révéler le nouvel auteur compositeur interprète, comme le promettait le concept, ne faisant interpréter aux candidats que des reprises comme dans The Voice, et les changements de mécanique et de jury ne firent que la faire fuir davantage. L’émission fut déprogrammée en seconde partie de soirée dès la troisième semaine.

France 2 peut en revanche se féliciter de la progression de l’Eurovision, regardée par 5,5 millions de personnes, la meilleure audience depuis 2009. A noter également lune audience en hausse pour la finale du concours de musique classique, en saison 8, Prodiges (à 3,1 millions de téléspectateurs), tandis que Fort Boyard, dont l’audience est très familiale, a continué de bien fonctionner l’été.

Documentaires : quelques gros succès sur France 2, un besoin d’évasion

Comme pour la fiction, c’est surtout en première partie d’année qu’on trouve les plus grosses audiences dans le domaine du documentaire. La palme 2021 serait à remettre à Nous paysans, documentaire pur et dur à base d’archives colorisées raconté par Guillaume Canet qui réussi la prouesse de réunir plus de 5,5 millions de téléspectateurs (dont 460 000 en replay+7) sur France 2, une performance que ses documentaires de primetime n’avaient pas atteint depuis plusieurs années.

Dans le registre évasion, Rendez-vous en terre inconnue, qui avait baissé depuis son changement d’animateur, renoua également avec le succès grace à Vianney en pays Afar, regardé par 6,5 millions de téléspectateurs en consolidé (5,6 millions en audience veille). Le précédent record datait de 2018 avec Thomas Pesquet (5,8 millions en audience veille).

Il est d’ailleurs à souligner le succès actuellement renforcé des rendez-vous découverte de France 5. Carton de l’été 2021, Des Trains pas comme les autres, en dixième saison, fut regardé le jeudi par une moyenne de 1,6 millions en audience veille (meilleur score: 2 millions de téléspectateurs et 10,7% de PdA) , tandis qu‘Echappées Belles atteint encore actuellement régulièrement une audience veille de près d’1,5 million (et parfois un peu plus) le samedi soir.

Peu de documentaires ont l’an dernier dépassé le million sur France 5 et Arte. France 5 a réalisé sa meilleure audience d’un documentaire unitaire avec Elisabeth II les secrets d’une reine (1,9 million consolidé 7% de PdA) au moment de la disparition du prince Philipp, et 1,4 millions en audience veille avec Lady Sapiens dans la case Science grand format. Arte a pour sa part atteint comme meilleure audience veille 1,5 million avec Les Damnés de la Commune, qui a doublé ces chiffres sur le numérique, a indiqué la chaîne dans un communiqué.

2022, un peu de légèreté

La fin de l’année 2021 fut un peu déprimante côté audiences, rien ne se distinguant et certains soirs de décembre la chaîne la plus puissante peinant même à atteindre les 3 millions, surtout pendant les vacances de Noël propice aux bêtisiers et rediffusions alors qu’en zappant ont tombait sur les pubs de Netflix invitant à venir voir The Witcher et ses effets spéciaux spectaculaires.. Heureusement, depuis le début de l’année les chaînes renouent avec quelques succès. En fiction française, dont les performances s’étaient tassées, France 2 a eu de très beaux scores le 4 février avec Menace sur Kermadec (6,2 millions de téléspectateurs et 31% de PdA), polar qu’on aurait pu penser pour France 3, plus léger dans son ton que les thrillers un peu sombres de fin d’année. M6 pour sa part fut leader avec 4,8 millions de téléspectateurs et 24,7% de PdA le 9 février grâce au spectacle humoristique (avec beaucoup de guest stars animateurs de M6) Bienvenue chez Les Bodin’s.

A son niveau, Arte a eu un beau succès avec la nouvelle saison de sa série suédoise, Meurtres à Sadhamn, fidélisant et augmentant jusqu’à 1,7 million (8% de PdA) son audience qui semble avoir apprécié le changement d’acteur. Sa série française La Corde obtint 1,4 million pour le premier épisode. En documentaires, Le mystère des origines de Venise frôla les 1,4 million en janvier sur France 5. Et ce samedi, The Voice 11 est revenu en forme avec plus de 5 millions en audience veille sur TF1.

S’ils aiment, et sont de plus en plus tentés de s’aventurer ailleurs, les téléspectateurs semblent donc disposés aussi à se réinstaller dans quelques habitudes télévisuelles.

Après être remontée au sommet, la durée d’écoute se tasse de nouveau

En matière de durée d’écoute, l’année 2021 s’est donc déroulée en deux temps. Alors que la tendance était baissière, la pandémie avait provoqué une sacrée embellie en 2020, la durée d’écoute TV globale des 4 ans et + étant remontée à 3h58 en moyenne par jour (contre 3h40 en 2019), avec des pointes records à 4h29 en mars et 4h23 en novembre 2020 lors des deux confinements. L’hiver 2020-21, marqué par un couvre-feu de mi-décembre à mi-juin, continua sur cette belle lancée. Ainsi les mois de janvier et février 2021 dépassèrent les 4 heures quotidiennes, et mars avril 2021 n’en furent pas loin.

Traditionnellement, la durée d’écoute redescend chaque année avec les beaux jours, pour remonter à partir de septembre/octobre et être au plus haut l’hiver. En 2021, avec le relâchement des restrictions Covid, ce ne fut pas tout à fait le cas. Elle descendit bien en juin, mais l’été resta ensuite stable sous l’effet de la profusion d’événements sportifs majeurs, dont le report des JO 2020 (du 23 juillet au 8 aout 2021) et de l’Euro 2020 de football (du 11 juin au 11 juillet 2021). Le mois de juillet eu même une durée d’écoute très légèrement supérieure à juin.

En revanche, la rentrée de septembre fut bien plus poussive pour la télévision. L’audience étant restée un peu plus haute en aout, il n’y eu pas le sursaut habituel de la rentrée, au contraire, les mois de septembre et octobre furent même légèrement en retrait. Ce n’est qu’en novembre et décembre que le sursaut hibernal se manifesta, mais faiblement, atteignant 3h44 en décembre 2021, 10 minutes de moins que les 3h56 avant Covid de décembre 2019.

Durée d’écoute2018201920202021
Globale (quatre écrans) 4 ans et +3h463h403h583h41
Sur le téléviseur (dont replay), 4+3h363h303h543h39
15-49 ans2h422h302h462h25
15-34 ans1h561h431h571h38
Enfants 4-14 ans1h391h281h281h10
Femmes responsables des achats -503h223h083h293h02
CSP+2h502h403h142h56
50 ans et +5h135h125h465h38
Chiffres provenant du Médiamat annuel de Médiamétrie (2019, 2020, 2021)

Si au final, l’année 2021 affiche une moyenne de 3h41 de durée d’écoute globale, toujours au dessus de 2019, dans le détail, ce n’est donc pas le cas pour la fin 2021, tandis que janvier 2022 est à peine stable par rapport à décembre avec 3h43. Après l’accalmie, la durée d’écoute semble donc avoir repris une tendance baissière, à l’exception des plus de 50 ans, dont la durée d’écoute continue d’être très supérieure à 2019 avec 5h43 en janvier (en hausse par rapport à décembre).